Grand Ensemble

Dialogue entre un immeuble et un orchestre symphonique

Grégoire Edouard

Un immeuble, comme il y en a tant d’autres dans les quartiers et les faubourgs des villes de France et d’Europe. 

Des balcons, des escaliers, des antennes paraboliques, du linge aux fenêtres, des vélos d’enfants. Des petits espaces privés donnés au regard de tous.

Des bruits, des sons, de la musique s’échappent par les fenêtres. Un enfant pleure, une télévision ronronne, un chien aboie, un couple se querelle, une casserole tombe, une chasse d’eau ponctue, un vide-ordures dégouline… Autant de signaux sonores des habitants qui vivent si loin si proches de leurs voisins pour des gens qui passent devant cet immeuble. 
Un puzzle sonore cher à Georges Perec et à sa Vie mode d’emploi.

Sur les balcons de cet immeuble vont prendre place une cinquantaine de musiciens classiques. 

Un orchestre symphonique au grand complet avec ses instruments emblématiques – harpes, timbales… 

Le public est confortablement installé devant l’immeuble dans des transats rouges, tel un parterre d’opéra. Le décor est planté, les deux protagonistes sont présents, l’immeuble avec ses habitants et ses rumeurs du quotidien, l’orchestre avec ses codes et son histoire. La partition les unit.

Le dialogue peut commencer...